BIBLIOTHÈQUE DE NON-PHILOSOPHIE
  Collection dirigée par François Laruelle

 

La non-philosophie se propose d'introduire la démocratie dans la pensée et remet en jeu les rapports traditionnels de hiérarchie entre la philosophie d'une part, la science, l'éthique, l'art, etc. d'autre part. Elle se réalise sous la forme de leur "théorie unifiée", une combinaison inventive qui suppose une nouvelle expérience du réel comme immanence radicale ou "vision-en-un". Cette nouvelle pratique de la philosophie, loin de la nier, la fait entrer dans un double régime : l'un plus universel, l'autre plus expérimental et "régional" qu'elle ne l'est dans son exercice spontané. Après mille morts "post-modernes" de la philosophie, le temps est venu du problème de sa nature et de son usage, problème théorique et pragmatique.

 

 

Anti-Badiou

Sur l'introduction du maoïsme dans la philosophie

LARUELLE

François
 

Alain Badiou est reconnu pour être un grand philosophe, prenant la suite des Deleuze, Foucault et Derrida. Il est donc normalement contesté, mais surtout pour ses prises de position philosophiques et politiques extrêmes. L'Anti-Badiou explore systématiquement les raisons légitimes de cette contestation. Elles portent sur sa personnalité philosophique, volontaire et autoritaire. Sur sa prise de parti platonicienne en philosophie, conservatrice et tranchante. Sur son matérialisme mathématisant qui dresse en face à face spéculaire une décision philosophique vide et une mathématique réduite à la théorie des ensembles. Sur son style, celui d'un planificateur et d'un épurateur. Sur son aristocratisme (éloge du vide et de la rareté de l'événement, culte de la philosophie et du philosophe-héros, posture générale de maîtrise). Sur sa politique empreinte de néo-maoïsme et de volontarisme militant. Surtout cet essai découvre en filigrane derrière le masque philosophique des échos de la Révolution Culturelle chinoise comme arme de guerre contre l'embourgeoisement de la pensée. Pour mieux déchiffrer les enjeux politico-philosophiques du "badiolisme", on établit un nouvel étalon, celui d'une science de la philosophie (appelée "non-philosophie") par rapport à laquelle on évalue la nature régressive et violente de cette tentative et des dégâts qu'elle produit dans la pensée. Une philosophie de la terreur et de l'épuration.

 
  ISBN 978-2-84174-563-0
  2011 | 192 p.| 20€

 

François Laruelle, professeur émérite de l'Université de Paris Ouest La Défense, est le créateur du projet dit "non-philosophie". Il a publié une vingtaine d'ouvrages dont "Philosophie non-standard (Kimé, 2010) qui accomplit la non-philosophie et dont cet Anti-Badiou est une illustration.

  retour : haut de page

 

 

 

 

Philosophie non-standard

Générique, quantique, philo-fiction

LARUELLE

François
 

Comment renouveler le pouvoir d'invention de cette vieille discipline qu'est la philosophie et faire de l'invention un style de pensée plutôt
qu'un nouveau système ? C'est l'objectif ici mis en œuvre sous le titre de "philosophie non-standard". La "philosophie standard", c'est la philosophie traditionnelle, celle qui est reçue comme une norme universitaire, lissée comme une tradition scolastique, avec des axiomes usés ou fatigués, un système d'étiquettes et de gestes codés, et que l'on dit tantôt vivante tantôt morte. C'est aussi l'ombre de cette tradition, une nébuleuse d'opinions et de pratiques, de stéréotypes peu productifs mais qui habillent d'une apparence de bien-penser le fouillis médiatique. On lui oppose une pratique qui n'est plus macroscopique ou corpusculaire des concepts et qui n'a pas d'exemples mais des modèles dans la philosophie et dans les sciences. C'est une combinaison inédite de pensée et de physique, ici de Mécanique quantique dont certaines manières de penser mais non de calculer sont injectées dans la philosophie et permettent d'élaborer une micro physique des concepts. Sciences et philosophies cessent de se confronter et sont forcées à co-opérer, les disciplines ne sont plus que des paramètres sans privilèges ou des variables qui définissent un espace ondulatoire et particulaire de l'opération de penser. Cet espace est celui d'un genre nouveau, la "philo-fiction" que l'on tente de créer, parallèlement à la science-fiction.

 
  ISBN 978-2-84174-528-9
  2010 | 532 p.| 36 €

 

François Laruelle, professeur émérite de philosophie contemporaine à
l'Université de Paris-Ouest-La Défense, a fondé la "non-philosophie"
et publié une vingtaine d'ouvrages dont Une biographie de l'homme
ordinaire
(Aubier, 1985), Théorie des Etrangers (Kimé,1995), Principes
de la non-philosophie
(PUF, 1996), Le Christ futur (Exils, 2002).

  retour : haut de page

 

 

 

 

Dictionnaire de Non-Philosophie

LARUELLE
François
 

" Non-philosophie " : doctrine sans système, discipline philosophique et scientifique sans synthèse. Elle se définit par une liste ouverte d'aspects. Ontologique : l'homme comme vision-en-Un ou Ego-sans-Etre. Subjectif : le sujet comme Etranger au Monde mais voué à le transformer. Ethique : le malheur radical comme cause d'une non-éthique. Politique : l'Etranger comme solution d'une démocratie réelle. Théorique : le sujet comme force (de) pensée, explication de la philosophie hétérogène à la suffisance philosophique. Pragmatique : comme usage en faveur de l'homme-Etranger des sciences et des philosophies également inhumaines ; etc. Une seule solution au problème de la pensée-monde et de ses révolutions : l'hérésie pure (comment faire hérésie avec la philosophie ?) Un seul mot d'ordre contre la paresse de la pensée-culture : user de la Grande Inconnue - L'Identité - comme facteur d'émergence (comment faire du clonage une découverte et une invention continues ?). Une seule politique contre la politique-histoire : l'Etranger comme utopie radicale (comment penser selon l'utopie sans produire une utopie supplémentaire?). Une seule réponse aux objections : faire du bilan des acquis un avancement de la théorie et de la technique (comment faire un dictionnaire de non-philosophie qui soit lui-même non-philosophique ?).

Ont collaboré à cet ouvrage : T. Brachet, G. Kieffer, F. Laruelle, L. Leroy, D. Nicolet, A.-F. Schmid, S. Valdinoci.

 
  ISBN 2-84174-111-7
  1998 | 209p.| 21 €
sous la direction de François Laruelle
  retour : haut de page

 

 

 

 

Deleuze et Laruelle. De la schizo-analyse à la non-philosophie

BUFFALO
Erik del
 

Interpréter, classer, critiquer, analyser ou encore "créer des concepts" anti-cipent, depuis toujours, la ritournelle de la philosophie ; ici, il y a un peu de cela. Or, ceci n'est pas un commentaire, critique ou non, de la philoso-phie de Deleuze, en compagnie créa-trice de Guattari. Nous étudions leur philosophie, tout en restant hors de celle-ci, car nous restons séparés de la philosophie elle-même. La philosophie, intelligible ou stérile ici, arbitraire mais incontournable là, est l'objet de cette étude ; étude dont le sujet est autrement que philosophique. Nous postulons que philosophie il y a, sitôt que se suppose le Réel à la portée d'une décision et décision dès qu'il y a philosophie.

E. del Bufalo enseigne la philosophie.

 
  ISBN 2-84174-273-3
  2003 | 264p.| 25,5 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

De la phénoménologie à la non-philosophie Lévinas et Laruelle

CHOPLIN
Hugues
 

Le grand massif de la phénoménologie ne cesse de travailler et de bouger. Il fallait chercher une loi de consommation et de dispersion de l'héritage husserlien. Hugues Choplin la trouve dans un nouveau réel à défendre : l'homme, fût-ce contre la phénoménologie elle-même. Et dans des moyens phénoménologiques réformés : ceux de la " donation " et du " donné-sans-donation " (Laruelle). Muni de cet instrument, il part à la recherche des différentes figures de l'homme : l'Ego, la Vie, le Soi et le Visage, l'Ego-en-Ego, ou l'Un-en-Un, … Toutes les phénoménologies ne sont pas ici convoquées. On ne trouvera que les positions post- et non husserliennes les plus écartées, telles qu'elles peuvent être mises en place par rapport à la transcendance radicale comme " percée " (Lévinas) ou à l'immanence radicale comme " identité " (Laruelle). C'est donc d'une description et d'une articulation topologiques de positions relatives qu'il s'agit ; ce travail de cartographie mesure des écarts et des émergences qui conduisent de la phénoménologie à la " non-philosophie " et à sa mise en œuvre comme " non-phénoménologie ".

Hugues Choplin est ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, il travaille actuellement sur le statut du langage chez Lévinas et Laruelle.

 
  ISBN 2-84174-093-5
  1997 | 184p.| 20,5 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

La non-philosophie de François Laruelle

CHOPLIN
Hugues
 

Entre passeport et guide, ce livre nous invite dans un univers étrange, imbibé de philosophie mais délivré des chaînes philosophiques. Créé par François Laruelle pour redonner sa chance à l'invention dans la pensée sans normalisation ni bavardage, la "non-philosophie" s'y déploie telle une discipline libre et rigoureuse qui, sans annuler la philosophie, la prend pour objet et matériau selon une posture inédite - uni-latérale - de pensée.

Hugues Choplin est ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, il travaille actuellement sur le statut du langage chez Lévinas et Laruelle.

 
  ISBN 2-84174-199-0
  2000 | 98 p.| 13 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

Pour une imagination non-européenne

DI MANNO DE ALMEIDA
Danilo
 

L'imagination a-t-elle encore un avenir ? Son histoire philosophique et sa signification politique étaient apparemment terminées. Il fallait une nouvelle expérience de la pensée pour lui donner un statut transcendantal et des pouvoirs nouveaux. D. di Manno de Almeida met en œuvre la non-philosophie à son propos et en tire des fonctions inédites. Une première partie étudie quelques grandes phases et les invariants de son traitement philosophique. De Descartes à Kant puis Heidegger, l'auteur montre la profondeur ontologique croissante mais aussi les apories de l'imagination comme moteur de l'acte philosophique. Une seconde partie opère rupture et mutation, elle porte le problème sur le terrain du Réel et de sa primauté sur le transcendantal, tel que la non-philosophie, à la suite de François Laruelle, permet de l'établir. Elle arrache la force imaginative à la philosophie et la rend à l'homme. Il s'en suit une refonte de la plupart des concepts qui la délimitaient et en limitaient le pouvoir.

D. di Manno de Almeida enseigne la philosophie à l'université méthodiste de Sao Paulo.

 
  ISBN 2-84174-268
  2002 | 320p.| 28 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

L'amour de la non-philosophie

FONTAINE
Patrick
 

D'inspiration lacanienne, cette " initiation " à la pensée de François Laruelle souligne la nécessité d'écrire des textes non-philosophiques, qui expérimentent la matière-philosophie. L'écriture n'est plus la position ou la pose du philosophe exposant sa pensée en système. Elle est l'expression intime du sujet transcendantal, qui ne traduit que sa condition d'" homme ordinaire ". Il ne doit rien à la philosophie, la philosophie lui doit tout. Ce livre s'adresse à quiconque s'est vu un jour interrogé sur la pensée et y a vu concrétisé la consolation promise. Patrick Fontaine enseigne la philosophie.

 
  ISBN 2-84174-235-0
  2001 | 176p.| 20 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

Esthétiques non-philosophiques

KIEFFER
Gilbert
 

Les puissances du non- sont diverses, philosophiques ou non-philosophiques. Il faut sortir de la critique artistique de type philosophique, pour entrer dans une autre, de type chaotique, qui admette le paradoxe… Un premier pas conduit ainsi dans la créativité au plus proche de l'œuvre elle-même, dans ce domaine du " non " stanislavskien, baudelairien ou bachelardien, enfin restitué à eux-mêmes. L'idée d'une généralisation particulière et descriptive, extra-différentielle, hante l'art et ses marges comme elle habite la philosophie. Elle est conduite ici à une certaine limite, dans des exercices de pragmatique combinatoire. Un des axiomes premiers de non-esthétique est la possibilité de considérer l'œuvre comme un ensemble chaotique recombinable. C'est une liberté nouvelle par rapport à toutes les catégories qui meurent à présent au cœur de l'art lui-même. Il est possible également, et c'est un autre axiome fondateur, d'envisager un devenir théorique illimité de la pensée de l'art au travers de non-esthétiques générales qui n'obéiront plus au Principe de Philosophie Suffisante ni même au Principe d'Art Suffisant. Tout peut se dire, ainsi ou autrement, mais jamais définitivement. La non-esthétique générale Laruellienne ou de type non-philosophique, inclut toutes les autres non-esthétiques dans une ouverture plus grande.

Docteur en philosophie, Gilbert Kieffer est actuellement professeur de lettres; il est également peintre et graveur.

 
  ISBN 2-84174-062-5
  1996 | 224p.| 23 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

Théorie des Etrangers

Science des hommes, démocratie, non-psychanalyse

LARUELLE
François
 

Qui est l'Etranger ? Une idée neuve. Les contradictions de la philosophie s'exacerbent autour de la science et de l'homme. Cet essai tente d'apporter aux antinomies de la philosophie avec la psychanalyse, avec la démocratie, avec l'Etranger, une solution unique par la fondation d'une " théorie unifiée " - unifiée par l'homme comme instance du Réel. Selon les matériaux qu'elle utilise, elle prend la forme d'une science des multitudes humaines, d'une théorie démocratique, d'une non-psychanalyse. Au centre du dispositif, il y a l'homme : ni " sujet ", ni " individu ", ni " conscience ", ni " inconscient ", mais " Etranger ". L'Etranger est la définition de l'homme, l'objet réel unique de la philosophie et des sciences humaines, la clé de la démocratie. Recevant enfin son concept, l'Etranger se révèle comme le vrai contenu du " sujet ". Un théorème transcendantal ouvre le champ de la nouvelle discipline : Moi et l'Etranger sommes identiques en- dernière instance. De là une réforme de nos préjugés sur l'Etranger et l'abandon de la pensée par " différence " - sinon de la philosophie du moins de la suffisance philosophique : lui aussi possède une identité radicale, lui aussi peut-être l'objet d'une théorie rigoureuse… Nous sommes tous - tout un chacun - des Etrangers.

François Laruelle est professeur de philosophie et d'histoire de la philosophie contemporaine à l'Université de Paris X-Nanterre. Il a publié une dizaine d'ouvrages dont Une biographie de l'homme ordinaire et Théorie des identités.

 

 
  ISBN 2-84174-001-3
  1995 | 330 p.| 28 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

Ethique de l'Etranger

LARUELLE
François
 

Un renouvellement de l'éthique s'impose à la suite des conjonctures du mal qui ont fait le 20e siècle. Elles ont produit trois concepts insolubles dans les termes théoriques et pratiques actuels, celui du " crime contre l'humanité ", celui des "droits de l'homme ", celui enfin du " clonage humain ". Ils exigent une nouvelle idée de l'homme dont les mésaventures récentes n'ont pas reçu l'éthique qu'elles méritent.

 

 
  ISBN 2-84174-159-1
  2000 | 390 p.| 30,5€
  retour : haut de page

 

 

 

 

La lutte et l'utopie à la fin des temps philosophiques

LARUELLE
François
 

Le futur de la philosophie est problématique, mais une mutation de ses fonctions est possible. Elle n'a été jusqu'à présent qu'une utopie du passé et ne rend de services que de conservation. Il faut l'introduire à une pratique d'utopie en acte, rigoureuse ou non imaginaire, philo-fiction voisine de la science-fiction. De là le double sens du mot d'ordre, du futur faisons table rase. Cette nouvelle destination est imposée par une messianité spécifiquement humaine, une eschatologie dans les limites de l'Homme-en-personne comme ultimatum anti-humaniste ,adressé à l'Histoire et à la Philosophie.

 
  ISBN 2-84174-332-2
  2004 | 208 p.| 22 €

 

  retour : haut de page

 

 

 

 

Discipline hérétique

Esthétique, psychanalyse, religion

Non-Philosophie, le collectif
 
 

Après avoir publié le Dictionnaire de la non-philosophie (Kimé, 1998), et s'être renouvelé avec l'entrée de jeu-nes chercheurs, ce collectif publie des essais élaborés dans l'esprit de la non-philosophie. Certains sont consacrés à une présentation des enjeux les plus généraux de cette discipline, les autres l'investissent dans des problèmes d'esthétique, de psychanalyse ou de religion. Ils sont tous placés sous le signe de l'hérésie ; elle cesse ici d'être une simple déviance institutionnelle ou dogmatique, et perd son sens religieux ou marginal. La non-philosophie peut se présenter comme identité de l'hérésie, et rendre possible de nouveaux usages théoriques de l'art, de l'inconscient ou de la gnose, et avant toute chose de la philosophie. Il faut rappeler qu'elle n'est pas tant un système qu'une théorie, un dogme qu'un organon.

Auteurs : D. de Almeida, T. Brachet, G. Grelet, G. Kieffer, F. Laruelle, M. Leboeuf, D. Moulinier, L. Nadot, V. Patoz, L. Salbert.

 

 
  ISBN 2-84174-135-4
  1998 | 216p.| 22 €
  retour : haut de page

 

 

 

 

De la psychanalyse à la non-philosophie Lacan et Laruelle

Non-philosophie, le collectif
 
 

Ce livre examine les rapports de la non-philosophie avec quelques doctrines contemporaines importantes, ou anciennes mais réactualisées par la philosophie récente. Ces essais sont animés par le souci de préparer une relation plus fondamentale et plus exacte qui devrait être celle de la non-philosophie comme méthode ou organon au " matériau " des philosophies historiquement données. Dans son concept, la non-philosophie n'est pas une philosophie, sans être la destruction de celle-ci, mais un organon transcendantal pour le traitement de la philosophie elle même et la production de nouveaux énoncés . Ceux-ci sont inintelligibles ou ininterprétables par la philosophie, mais ils ont une pertinence de pensée plus universelle que la sienne.

Le collectif comprend : Tristan Aguilar, Tony Brachet, Maryse Dennes, François Laruelle, Laurent Leroy, Vincent Maclos, Daniel Nicolet, Philippe Petit, Anne-Françoise Schmid, Manuel Sumares, Serge Valdinoci.

 
  ISBN 2-84174-026-9
  1995 | 236p.| 20,5 €
Althusser, Badiou, Deleuze, Derrida, Fichte, Kojève, Husserl, Russell, Sartre, Wittgenstein
  retour : haut de page

 

 

 

 

Discipline hérétique

Esthétique, psychanalyse, religion

Non-Philosophie, le collectif
 
 

Après avoir publié le Dictionnaire de la non-philosophie (Kimé, 1998), et s'être renouvelé avec l'entrée de jeunes chercheurs, ce collectif publie des essais élaborés dans l'esprit de la non-philosophie. Certains sont consacrés à une présentation des enjeux les plus généraux de cette discipline, les autres l'investissent dans des problèmes d'esthétique, de psychanalyse ou de religion. Ils sont tous placés sous le signe de l'hérésie ; elle cesse ici d'être une simple déviance institutionnelle ou dogmatique, et perd son sens religieux ou marginal. La non-philosophie peut se présenter comme identité de l'hérésie, et rendre possible de nouveaux usages théoriques de l'art, de l'inconscient ou de la gnose, et avant toute chose de la philosophie. Il faut rappeler qu'elle n'est pas tant un système qu'une théorie, un dogme qu'un organon.

 
  ISBN 2-84174-135-4
  1998 | 216p.| 22 €
Auteurs : D. de Almeida, T. Brachet, G. Grelet, G. Kieffer, F. Laruelle, M. Leboeuf, D. Moulinier, L. Nadot, V. Patoz, L. Salbert. ISBN : 2-84174-135-4, 1998, 216 p., 145 F
  retour : haut de page

 

 

 

 

La traversée de l'immanence L'europanalyse ou la méthode de la phénoménologie

VALDINOCI
Serge
 

L'ouvrage de serge Valdinoci procède de deux constatations majeures : - la lente mais indéfectible déchéance du Corpus initialement Grec de la pensée en Europe. Les philosophes du XXe siècle ne font que signer cette déconstruction. - Le fait que les sciences fortes, au-delà de leur méthodologies ustensilitaires, accomplissent un véritable itinéraire méthodique. Elles procèdent chacune de la mise en abîme de la position philosophique correspondante et se développent jusqu'à ce qui est impensable pour une pensée-Kosmos : la détermination positive du chaos. Dans ces conditions, l'auteur œuvre : - dans le projet général de reconstituer un corpus hiérarchique - dans le souci affirmé de la méthode. L'europanalyse méthodique commence alors par invalider toute résurrection métaphilosophique de l'anarchie de pensée. Puis elle se propose un cheminement autonome dans l'inconnu. L'itinéraire interne des sciences fortes est aussi réinventé. Ce livre s'adresse à tous ceux qui s'emploient à la difficile nécessité d'inventer dans l'inconnu : constructeurs de connaissances futures, thérapeutes, décideurs. Il ouvre à la civilisation neuve dans laquelle nous sommes déjà.

Serge Valdinoci a publié : 1) Les fondements de la phénoménologie husserlienne (Nijhoff), 2) Le principe d'existence, un devenir psychiatrique de la phénoménologie de Husserl (Nijhoff), 3) Introduction dans l'europanalyse (Aubier), 4) Vers une méthode d'europanalyse ( L'Harmattan).

 
  ISBN 2-84174-041-2
  1996 | 390p.| 32 €
  retour : haut de page